Cerisier du japon : comment le choisir, le planter et l’entretenir

Cerisier du japon : comment le choisir, le planter et l’entretenir

Le printemps fait venir plusieurs millions de touristes au Japon chaque année, et pour cause, c’est la saison des cerisiers à fleurs. On les appelle aussi les cerisiers du Japon, leur floraison remarquable est même célébrée au Pays du Soleil-Levant. La floraison signifie que les beaux jours reviennent, elle symbolise le caractère éphémère de la beauté de la vie. Cette période de l’année est un rituel pour les Japonais nommé Hanami. A chaque printemps, ils aiment aller en famille pique-niquer à l’ombre des cerisiers. Vous rêvez d’avoir un cerisier fleur dans votre jardin ? Voici tout ce qu’il fait savoir pour réussir sa plantation et son entretien.

Histoire de la fête des cerisiers fleurs au Japon

Au Japon est faite la distinction entre le temps de la floraison et le rituel qui lui est associé. On appelle « Sakura » le temps de la floraison et le hanami qui se traduit tout simplement « regarder les fleurs ». Ce rituel de contemplation existe depuis l’époque Heian. Cette période se situant entre 794 et 1185 est déterminante quant à l’encrage de la culture Japonaise et les arts qui la compose. C’est pourquoi la floraison du cerisier fleur a une dimension sacrée dans la culture du pays.

A lire également : Top des idées pour aménager son jardin

C’est aussi le moment où il faut commencer la plantation du riz, qui marque le moment des offrandes que l’on fait aux kami, les dieux au Japon. Symbole d’impermanence, le cerisier fleur a été repris lors de la Seconde guerre mondiale mais aussi par les Samouraïs. Pour les combattants morts au combat, la réincarnation en sakura était une promesse faite en récompense de leur sacrifice.

La floraison des cerisiers fleurs

Il faut noter toutefois qu’il y a un décalage dans les saisons selon la zone géographique du Japon. En effet, dans les régions les plus chaudes, on peut découvrir les cerisiers en fleurs dès le mois de janvier (sur l’île de Kyushu par exemple). Dans les régions plus froides (l’île d’Hokkaido), il faut attendre le mois de mai pour espérer voir les cerisiers en fleur. Il existe par ailleurs de nombreuses variétés de cerisier dont les floraisons diffèrent les unes des autres. On peut citer par exemple l’Ugatsuzakura qui fleurit à partir d’octobre jusqu’en janvier. On peut voir cette variété de cerisier dans la région de Tokyo. Les îles d’Okinawa  situées au sud voient quant à elles pousser sur leurs terres le cerisier Kanhizakura qui fleurit en février. Ses fleurs sont de couleur rose foncé, semblables à des clochettes.

A lire aussi : Comment faire un ragréage sur un plancher bois ?

La période de débourrement est guettée avec attention. Il s’agit du moment où les bourgeons s’ouvrent. Cette période s’étend à peu près sur une semaine et s’appelle kaika. Une fois les fleurs écloses, il ne faut pas trop tarder pour en profiter car elles s’épanouissent rapidement. Cette phase est appelée mankai. Les conditions météorologiques sont bien sûr déterminantes sur le processus de floraison. La météo peut ralentir ou accélérer l’éclosion. En cas de pluie abondante, de vent fort ou de froid trop intense, les fleurs voient leur floraison se terminer. Au Japon le service météorologique étudie de près les différentes floraisons des cerisiers fleurs sur tout le pays et la population est tenue informée des évolutions. Les études sont faites à partir de cerisiers établis comme échantillons.

Les différentes variétés de cerisiers du Japon

Le cerisier fleur fait partie de la famille des Rosacées, tout comme le cerisier qui produit des fruits. Si sa floraison est magnifique, son feuillage est aussi joli et prend de belles teintes à la saison d’automne. Les cerisiers fleurs sont assez petits lorsqu’ils poussent en Europe, ils se plaisent plus dans des climats tempérés et humides. Un cerisier peut mesurer jusqu’à 12 mètres de haut. Son port évasé exige qu’il ait de la place pour s’étendre. En vieillissant il prend une forme plus arrondie.

C’est lors du redoux, cette période plus douce avant le retour du gel que les fleurs du printemps poussent par petit bouquets. Ce sont ces bouquets recouvrant les branches qui donnent toute sa beauté au cerisier. Les feuilles arrivent en plus un peu plus tard, ce qui rend les fleurs encore plus visibles. Selon les variétés le nombre de pétales de fleurs varie, ainsi que la couleur. Le cerisier fleur offre une large palette de rose, allant du blanc au rose foncé. Il en existe même en jaune pâle. Concernant la taille, cela peut aller du grand arbre au plus petit qui est plus dense. Certains peuvent même pousser en pot.

Les espèces botaniques ont la particularité de produire des fruits noirs de petites tailles mais qui ne sont pas très savoureux. Les variétés horticoles sont quant à elles stériles. Le cerisier fleur que l’on voit le plus est le Prunus serrulata qui a des feuilles dentelées. Le Prunus incisa est aussi assez courant. On peut citer aussi les Prunus glandulosa, subhirtella. Ce sont autant d’espèces qui ont été déclinées en de nombreux cultivars (obtenus par sélection).

Au Japon, les espèces de cerisier fleur sont variées. En voici quelques-unes :

– Le Somei yoshino est le plus courant, ses fleurs sont simples et de couleurs rose pâle, presque blanche. Il a été planté vers 1800, c’est pourquoi c’est le cerisier qui est le plus connu et observé.

– Le Shidare sakura est un cerisier pleureur. Ses fleurs peuvent être blanches, rouges ou roses. Sa floraison est un peu plus tôt que le Somei yoshino.

– Le Yama sakura a la particularité d’être robuste et d’une grande hauteur (jusqu’à 30 mètres !). Il est l’un des premiers cerisiers à fleurir au printemps. C’est un cerisier d’hiver qui connait deux floraisons, la deuxième se déroule pendant l’hiver. Les fleurs sont blanches ou rose très pâle.

– L’Oshima est blanc et vient du nord du Japon.

Concernant les cerisiers du Japon que l’on trouve dans nos jardins, ils sont nombreux aussi :

– Le Prunus glandulosa a une taille qui n’excède pas le mètre cinquante. Sa petite taille lui donne donc une bonne densité.

– Le Kojo no mai fait lui partie des Prunis incisa. Il est petit et ses branches ont une forme tortueuse, ce qui en fait un cerisier parfait pour former un bonsaï.

– Le Prunus Amanogawa dégage un doux parfum et est plus élancé que ses camarades.

– La variété Kanzan fait des fleurs en bouquets tels des pompons très roses. Il supporte le froid comme la chaleur.

– Le Royal burgundy offre comme son nom l’indique de belles feuilles pourpres. Cette teinte sombre fait joliment ressortir les fleurs roses pâles.

– L’Automnalis rosea fleurit en automne, vous profiterez de ses fleurs jusqu’au printemps si l’hiver n’est pas trop rude.

Cerisier du Japon : plantation et entretien

La plupart des cerisiers du Japon sont des arbres rustiques. Ils ont donc une très bonne résistance au froid, certaines variétés peuvent même supporter des températures négatives de -30°C. Les cerisiers fleurs ont besoin de sols profonds, frais, bien drainant et riche pour bien se développer. Ils arrivent cependant à s’accommoder de sols acides ou calcaires car ce sont des arbres peu exigeants finalement.

Veillez à préparer un sol bien drainé en disposant une couche de drainage au fond du trou où vous l’installerez. Nous conseillons également de planter votre cerisier sur une butte. Le cerisier du Japon aime le soleil mais si vous vivez dans le sud, évitez-lui toutefois une exposition trop importante. Protégez-le aussi du vent qui mettrait à mal ses belles fleurs.

Il convient de planter un cerisier fleur à la saison d’automne. Ainsi, il aura le temps de prendre racine avant de faire se première floraison. Lors des premières années de son développement, veillez à ce que le sol soit assez humide. Pour cela, la technique du paillage est idéale afin qu’il ait toujours une terre fraîche. De plus, un apport de compost en automne lui fera le plus grand bien. S’il n’est pas recommandé de le tailler, il faut malgré tout qu’il ait un tuteur pour avoir un bon port. En automne, la taille des rameaux abîmés ou morts est suffisante.

Les maladies du cerisier du Japon

Concernant les maladies, il faut faire attention à la moniliose, au coryneum, au chancre bactérien, à l’armillaire et aux pucerons noirs. Ces derniers entraînent le développement de la fumagine par leur miellat. Ils s’éliminent facilement grâce à un mélange d’eau et de savon noir.

Les champignons que sont la moniliose et l’armillaire exigent pour le premier de couper les rameaux touchés (feuilles et fleurs flétries, rameaux qui se sèchent) et de les détruire. Pour le second, il n’y a malheureusement pas de solution. L’armillaire attaque les racines et les fait pourrir. Il ne reste plus qu’à abattre l’arbre et à ne plus rien planter à cet endroit.

Le coryneum est une maladie cryptogamique qui touche le feuillage. Les feuilles sont trouées et prennent une couleur brunâtre. Pour s’en débarrasser il faut effectuer une simple taille des branches malades et un traitement à base de souffre. Pour finir, le chancre bactérien est lourd de conséquence. La bactérie abîme l’écorce en y faisant des crevasses et provoque des écoulements de gomme. La partie atteinte doit être éliminée (avec une marge d’un mètre en dessous la zone). Vous pouvez ensuite appliquer un traitement à la bouillie bordelaise.

Articles similaires

Lire aussi x